Quand on ne peut rivaliser, on se déclare ouvert pour masquer son incompétence

 

Quand on ne peut rivaliser, on se déclare ouvert pour masquer son incompétence

Voir Cacher le sommaire

Tuftronic10000 - CC bySavez-vous ce qu’est un « FUD » ? C’est l’acronyme de Fear, Uncertainty and Doubt et Wikipédia nous dit que c’est un technique rhétorique consistant « à tenter d’influencer la perception de son audience en disséminant des informations négatives, souvent vagues et inspirant la peur ».

J’ai comme l’impression que le responsable Microsoft de l’Amérique Latine est un orfèvre en la matière, à en juger par les cinglantes déclarations ci-dessous[1].

Elles sont rapportées par un envoyé spécial brésilien dont on apprend en fin d’article qu’il a voyagé sur invitation de Microsoft.

Microsoft critique la position du gouvernement brésilien concernant le logiciel libre

Microsoft critica posição do governo brasileiro sobre o software livre

Bruno Romani – 14 septembre 2010 – Folha.com
(Traduction Framalang : Thibz)

Le president de Microsoft Amérique Latine, Hernán Rincón, a envoyé un message au gouvernement brésilien : l’innovation des logiciels ne se trouve pas dans le secteur public mais dans le secteur privé.

La déclaration a été faite après qu’il fut interrogé sur la position du gouvernement brésilien et son soutien aux logiciels libre en général et à Linux en particulier.

Lors d’une rencontre entre journalistes d’Amérique Latine à Bellevue, dans l’État de Washington, il a affirmé : « Les gouvernements doivent s’interroger : leur rôle est-il de servir les citoyens ou de développer des logiciels ? L’innovation est dans le secteur privé. ».

Selon Rincón, les logiciels libres demandent plus de travail et d’investissement de la part d’un gouvernement pour les maintenir en bon fonctionnement et à jour, ce qui ne serait pas le cas lorsque les entreprises se chargent de le faire à la place des gouvernements.

À lire aussi   Quand le cloud computing bouleverse l'équilibre entre le matériel et le logiciel

Mais Rincón pense que les deux modèles, logiciels libre et propriétaire, continueront à coexister.

Concurrence

Rincón a aussi épinglé la concurrence qui parie sur les standards ouverts et gratuits, comme Google. Il a ainsi affirmé : « Quand on ne peut pas rivaliser, on se déclare ouvert pour masquer son incompétence. ».

Et Rincón d’ajouter : « Quand, au moment opportun, les entreprises se déclarent ouvertes. Elles le font pour leur propre bénéfice. ».

Chiffres

Rincón a aussi présenté des chiffres optimistes sur la région.

Selon lui, lors de ces 7 dernières années, la région a progressé (à l’exception de l’été en 2008). Et le secteur technologique y a fortement contribué puisqu’en Amérique Latine, il a été, en moyenne, 2 à 3% supérieur à la croissance de la région. L’année dernière par exemple, la croissance du PIB regional a été de 5% alors que celle de la technologie de l’information a augmenté de 7% à 8%.

Le Brésil, dit Rincón, a eu un rôle de premier plan dans ce processus.

Et Microsoft Amérique Latine a suivi cette croissance. Rincón dit que sa division est celle qui croît le plus parmi toutes les divisions régionales. Le chiffe d’affaires actuel serait ainsi 3 fois supérieur à ce qu’il était il y a 7 ans.

Selon lui, 95% des ordinateurs d’Amérique Latine seraient sous Windows, 1,3% sous Apple et entre 2% et 3%. sous Linux.

Le journaliste a voyagé sur invitation de Microsoft.

Notes

[1] Crédit photo : Tuftronic10000 (Creative Commons By)

Article proposé par framablog sous licence Creative Commons By-Sa

Soutenir Framasoft

Dico Micro Actualité de la micro

A propos de Dico Micro

Dico Micro partage avec vous l’actualité High-Tech : Informatique, téléphonie et réseaux sociaux.

Nos derniers articles