Dico Micro

L.L. de Mars a besoin de nous !

L.L. de Mars - Licence Art LibreVous connaissez Framasoft ? Alors vous devez être également un tant soit peu familier avec « nos » pingouins, qui donnent cette identité visuelle particulière à notre réseau de sites et de projets. Rien que sur ce blog, il y en a trois qui squattent le haut et le bas de page en permanence.

En fait, ce ne sont pas du tout nos pingouin mais ceux de l’artiste L.L. de Mars. Ils proviennent tous d’un BD sobrement intitulée « Pingouins » créé en 2003 (et rééditée depuis chez nos amis d’InLibroVeritas).

Un pur pillage d’auteur vous diront ces messieurs d’Hadopi. Oui mais non, parce que L.L. de Mars avait choisi de placer cette oeuvre sous Licence Art Libre, autorisant, voire même favorisant, ces joyeux « détournements ».

Aujourd’hui L.L. de Mars se trouve dans une certaine difficulté, pour ne pas dire une difficulté certaine. Et il fait pudiquement appel à vous dans un message que je me suis permis de recopier ci-dessous.

La dernière fois que j’avais été en contact avec lui, c’était il y a presque un an, pour lui demander si il acceptait de nous faire gracieusement un petit dessin original pour notre campagne de soutien.

C’est ce dessin qui illustre ce billet et il est difficile de ne pas y voir dans sa légende une certaine (mauvaise) ironie du sort…

La déchetterie colorée

URL d’origine du document

Tiens, je viens de descendre d’encore un échelon au-dessous du seuil de pauvreté. C’est toujours possible, j’avais fini par l’oublier, foutu étourdi que je suis.

Les services sociaux (les Nouveaux Services Sociaux, avec encore plus d’agents détergents et plus riches en viande) ont jugé que le métier des artistes était si certainement lucratif que ce n’était peut-être pas la peine de leur donner 400 euros par mois pour vivre ; le tiers de mon RSA m’est donc supprimé, zou. « C’est forfaitaire, c’est comme ça, veuillez agréer la porte et désinfectez derrière vous »; on m’avait souvent signifié que j’étais un parasite, me voilà promu pou à la diète.

À lire aussi   décret d’application du statut d'auto entrepreneur

Autant dire que la question qui me taraudait si souvent « J’investis dans un pot de pigment rouge ou dans un pot de pigment jaune ce mois-ci ? » ne se posera plus, je risque de travailler assez longtemps en noir et blanc.

Bouffer, m’habiller et payer mon eau avec 300 balles par mois, je saurai faire, j’en ai vu d’autres. Mais travailler, je vois pas comment je vais continuer une fois écrémés les derniers fonds d’encre et ruinés les derniers pinceaux.

Soudain, notre ami cria « Au secours ».

Alors voilà, je vous demande de fouiller dans vos propres tiroirs et de harceler vos potes qui bossent dans des magasins de fournitures où sont considérés comme invendables tous les produits un peu endommagés : pigments ouverts, liants entamés, mediums, huiles, colle de peau de mérou, acryliques, aquarelles, pastels, crayons, encre, toile, papier, bref tout le matériel qui traîne chez vous dont vous ne vous servez pas, les trucs qui dorment dans des placards, les couleurs entamées qu’on trouve finalement à chier, les pinceaux trop gros, trop petits, les crayons trop gras, les papiers trop poreux ou trop lisses, les pastels du gosse qui préfère la drogue, les résolutions « demain je me mets à la gravure » oubliées avec le matériel depuis 1987, n’importe quoi qui vous semble insignifiant mais qui me permettra de bosser encore quelques années.

Merci, L.L. d.M.

Envoyez vos dons de matériel à :
L.L. de Mars
1, rue Cdt Charcot
35000 Rennes
L.L. de Mars - Tee Shirt - Licence Art Libre

Article proposé par framablog sous licence Creative Commons By-Sa